• 1962 : Notre premier jour de l'An...en France métropolitaine !

    L'AURORE.overblog.fr -:-:-:-:-:-:- par Manuel GOMEZ

    1962 - Adieu Algérie... Bonjour France !

    Les Français nous attendaient, où, du moins, ils attendaient ceux qu'une propagande raciste avait inlassablement introduit dans leurs cerveaux depuis des mois, ils attendaient d'arrogants milliardaires, enrichis grâce à la "sueur des pauvres burnous", ils attendaient des colons habitués à être servis et à se servir, des énergumènes armés de revolvers, de mitraillettes et de bombes.

    Eh ! Bien non, métropolitains, vous aviez devant vous des hommes et des femmes ruinés, dépouillés, épuisés, accablés par l’horreur des épreuves subies, déchirés par la perte d’une affection, d’un être aimé, désemparés dans cette France dont ils avaient tant rêvé mais qu’ils connaissaient si mal.

    Il n'y eut pas alors de contact.

    Comme l'avait écrit Maître Isorni : le cortège des vacanciers se rendant sur les plages de la Côte d'Azur, croisait le cortège des réfugiés, et il passait indifférent, fermant les yeux, avec, sans doute, le besoin inavoué de garder bonne conscience, devant tant de sang et de larmes répandus, devant leur incroyable indifférence face aux atrocités perpétrées en son nom.

    Rien n'avait été préparé, aménagé, organisé, pour recevoir, diriger, conseiller, ce million de français qui débarquait presque, pourrait-on dire, par surprise.

    En effet, on espérait, on était presque certains, que les « Pieds Noirs » resteraient en Algérie en grande majorité. Pouvait-on vraiment croire que les Français d'Algérie choisiraient le cercueil plutôt que la valise ? Le pouvoir aurait certes préféré nous voir demeurer chez Ben Bella, au risque même d'une extermination massive.

    Devant cet envahissement qui "allait coûter très cher", ne cessait-on de répéter aux métropolitains, le pouvoir conçut de nouvelles armes : les départements méditerranéens furent interdits, et le flot des réfugiés repoussé vers le Nord.

    L'accueil des services officiels fut glacial, on fit traîner en longueur l'attribution des aides, des subventions, des prêts, avec le secret espoir qu'ils allaient retourner en Algérie, devant le dépaysement, les difficultés d'implantation, l'augmentation subite et volontaire des prix demandés pour les commerces, les logements, etc. on espérait qu'il prendrait, enfin, conscience de l'erreur qu'avait été leur départ précipité.

    Dans une certaine presse, on publiait chaque jour, après le chiffre des arrivants, le chiffre important des réfugiés qui retournaient en Algérie, car "ils" avaient parfaitement compris que la vie était possible là-bas. On affirmait que ces départs augmentaient sans arrêt et on les encourageait, quand ce n'était pas l'Algérie, on nous conseillait l'Amérique du sud, le Canada, l'Espagne, enfin n'importe où pourvu que ce ne soit pas la France.

    Rien n'y fit, les "Pieds Noirs" réussirent "seuls" leur intégration.

    Elle ne se fit pas "sans heurts, sans drames, sans douleur", comme l'avait déclaré le général De Gaulle, le 11 juin 1964 à Saint-Quentin, affirmant qu'elle avait été une réussite et s'auto félicitant en quelque sorte.

    Qu'on nous laisse, au moins, nos drames et nos douleurs, si de heurts il n'y eut point.

    "Sans drames", les meurtres, les enlèvements, les mitraillages des rues, des toits, des terrasses, des balcons, les 5000 disparus, dont on n'entendra jamais plus parler, les 60.000 harkis de l'armée française, désarmés par celle-ci, afin qu'ils puissent être mutilés, égorgés, ébouillantés, brûlés vifs.

    "Sans douleurs", les visages ravagés, les sillons creusés par les larmes, de ces hommes, de ces femmes, qui attendaient de revoir l'enfant, le mari, le frère, en prison ou en exil, qui assistaient, impuissants, aux suicides de ceux qui ne pouvaient plus vivre dans cette France-là. De nos vieux qui disparaissaient avant l'heure, découragés et sans plus envie d'exister, loin du pays où s’étaient écoulées leurs plus belles années.

    "Sans heurts", heureusement sans heurts, mais parce que nous étions brisés, nous qu'on avait arraché à nos foyers, à notre terre, à nos morts. Oui, heureusement pour l'avenir, il n'y eut pas de heurts.

    2017 - Pour nous, qui avons connu 1962, aucune autre année ne pourra atteindre de plus hauts sommets dans la souffrance, dans les larmes, dans les regrets. Nous avons dû apprendre des mots nouveaux, dont nous ignorions le sens. Aux souhaits habituels de bonheur, de santé, de prospérité, de longue vie, d'existence heureuse, il nous avait fallu ajouter les souhaits d'amnistie, de réparation, d'indemnisation, de fin d'exil. Il nous fallait, surtout, apprendre à dissimuler certains de nos souhaits, comme un secret, des souhaits, il est vrai, qui n’étaient pas tout à fait chrétiens.

    Toutes nos traditions s’étaient trouvées bouleversées par les événements.

    Là-bas, avant 1962, chaque année nouvelle était, pour nous, l'occasion d'oublier, de pardonner : les histoires de familles repartaient à zéro, on effaçait tout et on recommençait. "Meilleurs vœux, bonne année" et voilà on se sentait heureux, comme neufs.

    "Bonne année, bonne santé, mettez la main au porte-monnaie"... "Bonne année, bonne santé, la paille au cul pour toute l'année".

    Dans un éclat de rire joyeux, la bande de gamins dévalait la cote de la "Bassetta".

    Aux terrasses des cafés, les hommes la regardaient passer en riant, heureux.

    Nous avons tous fait partie de l'une de ces bandes de gosses, nous avons tous laissé éclater notre bonheur, notre vitalité, cours Bertagna, avenue de Saint-Eugène ou de la Bouzaréah. Ces premiers jours de l'an neuf de notre Algérie, aujourd'hui perdue, où nous mettions si facilement nos soucis, nos ennuis, de côté, pour quelques heures. Comme nous étions heureux alors !

    De par la volonté d'un seul homme tout a été balayé. Le chaos et la douleur, nous les avons connus, ils ne nous font plus peur. Le grand vent de l'histoire nous a jetés, comme feuilles mortes, sur des rivages inconnus pour un grand nombre d'entre nous, il a fait de nous de grands voyageurs, nous qui n'aimions pas trop nous éloigner de nos rivages si bleus, si chauds.

    Grâce à cette rafale dévastatrice il y a un "Pieds-Noirs" dans chaque continent, un Pieds Noirs qui passera, comme nous tous, de 2017 à 2018.

    Il boira sans doute un whisky dans un bar de la 42° rue, à New-York, triste et mélancolique, se souvenant de l'équipe joyeuse qu'il retrouvait, ce soir-là, dans un café de la Place d'Armes, à Blida.

    Accoudé à son balcon, il assistera au déroulement frémissant et rythmé d'une longue procession dans une république d'Amérique du sud, cherchant en vain, dans cette foule colorée, le souvenir de Jeannot, Paulo ou Louis, qui venaient le tirer de table par un sifflement strident, sous sa fenêtre de la rue Valée, à Philippeville.

    Mains dans les poches, il se promènera autour du Manneken-Pis, attendant qu'un groupe de fêtards bruxellois l'invite à se joindre à lui.

    Dans le reflet de l'eau, il se reverra assis sur la marche du bassin de la Place d'Isly, à l'heure où le jour pointe, ennuyé d'avoir à rentrer si tôt.

    Dans un cabaret de Madrid, sur la terrasse d'un café d'Alicante, sur une plage de Salou ou de Benidorm, il aura la chance de retrouver plusieurs Pieds Noirs et de trinquer : "A l'année prochaine... si Dieu veut".

    Est-il nécessaire, d'ailleurs, de se rendre au-delà des frontières pour rencontrer des Pieds Noirs en exil ? Ne le sont-ils pas non plus dans cette bourgade de Moselle, noyés dans ces teintes noires et grises, sous le froid et la neige ? Ne le sont-ils pas non plus dans ces petites villes de Bretagne ou du Pas-de-Calais, ne le sont-ils pas également dans les grandes cités du Nord : Paris, Lille, Lyon ou Nantes ? A quoi croyez-vous qu'ils pensent, ces Pieds Noirs, qui remontent les Champs-Elysées couverts de lainages, les oreilles rouges de froid et le nez insensible au toucher ?

    A quoi  croyez-vous  donc  qu'ils  rêvent  en  ce  soir  de nouvel an ?

    Même plus à l'Algérie, quand  ils  laissent  échapper,  dans  une  buée  glacée, un : "C'est pas possible, c'est pas une vie, ça". C'est au soleil qu'ils rêvent, à la mer bleue, au sable chaud des plages, à la partie de cartes, à l'anisette bien fraîche, aux copains qui sont partout sur la Côte; et c'est pourquoi ils ont l'air si agressifs quand ils commandent un "grog" au garçon de cette brasserie des grands boulevards.

    Oui, c'est à nous qu'ils pensent, à nous qui, dans notre malheur, sommes des privilégiés, à nous qui pouvons, en ces dernières heures de Décembre, commander à un garçon, sans nous les geler : "S'il vous plaît... un Cristal, avec des glaçons".

    Si nous pouvions envoyer, à tous ces Pieds Noirs, ceux d'au-delà des frontières, ceux qui se trouvent disséminés aux quatre coins de la France, loin du Sud, si nous pouvions leur offrir un peu de notre soleil, de notre mer bleue, de notre chaleur, car notre amitié ils l'ont déjà, ce serait certainement le plus beau présent à leur faire.

    C'est là notre vœu le plus cher, amis Pieds Noirs : illuminer quelques instants vos yeux, les faire briller "comme avant".

    Tous ensemble par la pensée sur cette côte sud-est de l’hexagone, car si nous n'avons pas pu faire la France de Dunkerque à Tamanrasset nous avons fait de Perpignan à Menton, notre Algérie à nous.

    PS. J’avais promis de vous faire sourire pour le jour de l’An. J’espère tenir ma promesse !

     

    **Sur la place des martyrs de la résistance (ex-place du gouvernement), Julien Thouret, grand reporter à la station périphérique Europe 1, débute son reportage.

                - Nous sommes entourés par une foule immense et colorée, sous un brûlant soleil d'été. Je vais interviewer ce monsieur qui se dirige vers nous.

    -Pardon, monsieur, que pensez-vous de l'Algérie indépendante ?

                -Vous êtes qui, vous ?

                -Julien Thouret d'Europe 1

    -Europe quoi ?

    -Europe « ouahad ».

                -Ah bon ! Et qu'est-ce que vous voulez savoir ?

                -Ce que vous pensez de la nouvelle Algérie.

                -Ca dipend.

                -Ca dépend de qui ?

                -Quelle radio vous êtes ?

       -Je vous l’ai dit : Europe 1

       -Ah bon ! Et on vous écoute dans toute l'Europe ?

       -Euh... oui ! Dans presque toute l'Europe.

       -On vous entend en France, en Allemagne, en Italie ?

       -Oui, bien sûr.

       -Et en Espagne, en Angleterre, en Suisse ?

       -Bien sûr, voyons.

       -Aussi aux Pays-Bas et, peut-être aussi en Amérique ?

       -C'est possible.

                -Alors  passez-moi  le  micro : "Au  secours...  au  secours... au secours".

    2018 - Je profite de l'occasion qui m'est offerte pour souhaiter une heureuse année 2018 à tous mes compatriotes rapatriés. Sera-t-elle heureuse ? Pleinement heureuse... Peut-être. Tous nos souhaits se réaliseront ils ? Peut-être.

    L'essentiel étant que nous soyons tous présents pour nous souhaiter 2019 !

    http://magoturf.over-blog.com/2018/01/1962-notre-premier-jour-de-l-an.en-france-metropolitaine.html


    votre commentaire
  • LE GRAND DÉSESPOIR D'UNE DÉPUTÉE  !LE GRAND DÉSESPOIR D'UNE DÉPUTÉE  !

    La députée parle de sa vie de bagne et interdit la Porche Cayenne à son mari ?

     

    Madame Hammerer la députée , comment osez venir se plaindre ?...

    Elles n'ont pas compris ces dindes qui faudrait déjà leur botter les fesses que d'aller faire un séjour dans une loge a cochons, pour s'épancher dans les médias, montrent à tous qu'elles sont des décervelées qui sont devenues députés par un concours de circonstances ? ...

    Mesdames ,Mesdemoiselles,Messieurs ..

    Comment cette dame ose venir se plaindre dans la grande presse, comme nous avons appris que les députés avaient trop de travail, alors comment faisaient ceux d'avant ? ... L'est la question ? . Nous avons appris que madame n’était pas assez rémunérée, maintenant elle se plaint de ne pouvoir étaler sa vitrine. Aucune décence, aucune dignité, cette dame ...

    Madame pleure de ne pouvoir voir son mari acheter une voiture de haute gamme, il faut surtout pour "parader" une Porsche bien évidemment. Et pendant ce temps-là, les travailleurs trinquent pour le plus grand bien des députés modernes de la République en marche. Ces gens n'ont aucune pudeur. Quant au travail, ils ne savent pas ce que c'est: https://www.researchgate.net/publication/320065372_Existe-t-il_encore_u…

    Ne cherchez pas de midi à 14 h,ces gens n'ont été sélectionné par EM pour une seule et unique chose : la promesse d'agir en rang pour dire amen a tout ce que désire Sa Sainteté macron président. Ils ne sont vraiment pas très malins, pour ne pas dire idiots, ces députés LREM. Ils devraient savoir que les gens riches vivent loin des lumières, d'un monde à part, ils vivent entre eux, leurs triangles, dans les lieux pour eux, ils ne font pas de politique pour la sauvegarde d'un pays, non pour faire les beaux comme par exemple en Porsche Cayenne, ou ils ne se font pas élire à des élections ses gens-là !...

    Ne pas pouvoir s'acheter une Porsche Cayenne, c'est une torture infligée à la plupart des Français écrasés d'impôts pour fournir avions et avantages confortables à tous ces ministres et députés, il est clair que nous vivons sous l'Ancien Régime, en tout cas nous y sommes retournés avec Versailles, Chambord, les chasses présidentielles. En aucun cas, ils n'auraient été sélectionnés pour une représentation "juste" de la population et des idées ...

    On se plaint du pouvoir de l'argent, mais les fautifs, c'est le peuple Français de voter constamment pour un système depuis la trahison de De Gaulle qui fortifié la suite de tout ses dérapages à long terme , à l'infini voir à la mort d'un peuple ,qui priorise toujours l'argent et donc attire forcément toute sorte de rapaces . Ces politiciens-là sont donc aveugles ? Ils ne voient pas dans quel état se trouve le pays avec ses 2200 milliards de dettes sans parler de celles que les différents gouvernements successifs ont planqué sous le tapis rouge !. Le système Français est au bord de l’asphyxie alors que le citoyen qui travaille est le plus taxé d'Europe ! . Et pendant ce temps-là cette brave dame d'une cervelle de moineau, qui n'a probablement jamais travaillé de ses mains, nous fait tout sourire un caprice en insistant sur le fait que le citoyen qui travaille et qui la fait vivre en payant ses impôts verrait d'un mauvais œil le fait qu'elle s'achète une Porsche pendant que lui a du mal à joindre les deux bouts voir le 20 du mois pour des vieux et jeune en ménage ! ...

    Cette dame a perdu tout contrôle de la vie courante du petit peuple, le sens de la décence (ou ne l'a jamais eu!). S'est-elle posée la question de savoir comment font pour vivre les gens au SMIC, à temps partiel, les agriculteurs retraités (750 € pour une carrière complète), ils ont pourtant les mêmes besoins : manger, dormir, se vêtir, être propre, se déplacer (je ne parle que des besoins de base). Beaucoup ne peuvent même plus se chauffer l'hiver. J'espère au moins que ceux qui ont élu ce député le regrettent. Ce genre de personne n'est pas très digne de représenter ses semblables...

    Et pour finir cette page,car je peux en rajouter ;

    OUI ! comment fait elle pour ne manger que des pâtes avec 5 000 € ,monsieur Macron trouve que les gens qui touchent 1200 € sont riches et leur augmentent la CSG,il faut chercher l'erreur !...Vraiment la honte ...Je vous remercie ...Sylvestre Brunaud ..


    votre commentaire
  • NOTRE MISÈRE A L'ABANDON LE LONG DES TROTTOIRS

    NOTRE MISÈRE A L'ABANDON LE LONG DES TROTTOIRS 

    La lâcheté de nos gouvernements successive

    Mesdames ,Mesdemoiselles,Messieurs;
    Nous sommes dans un monde de "bisounours" ou tout le monde se fout de tout et de cela mesdames,messieurs est grave pour l'avenir de notre société Française...
    Je souffre de constater et vous le savez tous, que devenir SDF peut arriver à tout le monde, dont cette souffrance de la visionner tous les jours le long des trottoirs,de ne faire point cas a cette misère, parfois avec son fidèle compagnon auprès de lui,dont majoritairement un chien. Comme des personnes âgées peuvent demain être mises dehors ,comme une merde sans la moindre humanité ,comme cela fut le cas l'année dernière où une personne de 85 ans a été expulsée de son domicile entre deux gendarmes et pompiers hors de chez lui. Alors que nous recevons cette immigration que demain, nous expulserons de chez nous ...
    De plus en plus, des personnes souffrent de ne pas pouvoir finir les fins de mois et de nombreux travailleurs se retrouvent à dormir dans leur voiture, fourgonnette, sans eau et sans chauffage, faute de moyens pour garder leur logement et cela est gravement douloureux ... 

    Il faut des mesures ferme , pour les primo-arrivants à la rue pour leur éviter la mise à la rue et une descente aux enfers. Et surtout d'éviter des drames, de cette détresse, d'une personne ayant effectué voir plusieurs années dans la rue. Une logique face à des personnes déconnectées de la réalité qui voudraient nous dire ce qu'il faut faire sans avoir jamais côtoyé la misère...
    Mais voilà? .En France au pays des "bisounours" aux étoiles pétillantes ,nos maires ,Préfets , ne veulent pas trouvé de solutions ,enfin ne veulent pas ,pour les masses de migrants envahisseurs ,par contre bien trouvé des solutions mais pour 2 à 3 SDF sur Châteauroux ou un vingtaine dans tout le département de l'Indre ,Basta circuler ,il y a rien a voir , ne peuvent pas faire d'effort ,enfin ils ne veulent surtout pas ,car un SDF et considéré comme un résidu de la société ,mais les migrants eux sont les bienvenus au palais Français ...Encore mieux reçu que les Français d'Algérie d'avoir eu le choix entre la valise ou le cercueil ...Merci Messieurs les socialistes et pas mieux sera avec Macron qui déjà s'en prend aux retraités ,il faut tout de même avoir le courage ?...
    Et pourtant on peut dire et lire ;
    L'article L622-1 disait que :
    " Toute personne qui aura, par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l'entrée, la circulation ou le séjour irréguliers, d'un étranger en France sera punie d'un emprisonnement de cinq ans et d'une amende de 30 000 Euros.
    Sera puni des mêmes peines celui qui, quelle que soit sa nationalité, aura commis le délit défini au premier alinéa du présent article alors qu'il se trouvait sur le territoire d'un Etat partie à la convention signée à Schengen le 19 juin 1990 autre que la France."
    Lorsqu'un état viole lui-même ses propres lois, et menace ceux qui veulent les faire respecter, il détruit le fondement démocratique de sa légitimité. Par cette déclaration Valls dit deux choses: Il se moque de la loi, de la démocratie et de l'état d'abord. Il entérine la disparition complète de la France comme entité légale et comme démocratie, ensuite.
    Nous patriotes ,nous savions depuis longtemps. Mais cette confirmation ne peut plus autoriser nos adversaires de gauche comme de droite complice de cette mort lente ,à nous contredire sur ce point...
    Et pour cause !
    Sylvestre Brunaud ..


    votre commentaire
  • Bienvenues aux migrants !Bienvenues aux migrants !

    Mesdames ,Mesdemoiselles ,Messieurs
    Les Français vers une voie classée de deuxième "zone", que depuis des années, je dénonce cela et tout le monde se foutent de tout. Car à ce jour, la situation est grave ...
    Faut-il être un migrant pour espérer trouver rapidement un logement en France ? Telle est la question que désormais, les Français sont en droit de se poser quand on assiste, médusés, à la multiplication des initiatives en faveur des "migrants".
    Subitement, il semble possible de débloquer des budgets et de trouver des lieux pour héberger des populations entières qui ont quitté leur pays par leur bonne volonté et non chassés comme pour les Français d'Algérie qu'eux rentrée chez eux ... Ses clandestins pour venir s'installer chez nous. Comme par enchantement, le gouvernement trouve l'argent facile, à partir de 1 000 € par place d'hébergement de clandestins. Mais où était cet argent pour loger les SDF Français qu'on laisse crever seuls et abandonnés dehors ? Aujourd'hui, il vaut surement mieux s'appeler Rachid que Bernard ...
    La France peut ainsi s'enorgueillir de détenir un triste record avec presque 4 millions de personnes mal logées ! Comme le révélait une enquête parue dans Le Monde, "le 115, numéro d’urgence pour les sans-abris, a, lors de l’hiver 2013-2014, reçu 355 000 demandes d’hébergement, mais ne dispose que de 140 000 places (...) le droit au logement opposable, créé par la loi Boutin en 2007, a reconnu 147 000 personnes prioritaires, mais 55 000 restent sans solution. Le nombre de demandeurs d’un logement social atteint, 1,8 million en 2015, alors que seules 467 000 HLM sont attribuées chaque année, satisfaisant moins d’un quart des demandes." De son côté, l'Armée du Salut, qui vient de fêter ses 150 ans d'existence l'année dernière, constate que la misère ne cesse de se développer. Quant à leurs centres d'accueil, ils sont tous pleins. Impossible donc de loger tous ceux qui viennent à leur rencontre pour demander de l'aide. Sans parler de nos pauvres retraités ou certain la misère faite rage. Et bien sûr Monsieur Copé tout visage enfarinée devant une journaliste nous donnant le prix du petit pain au chocolat a 10/15 centimes et le pire OUI LE PIRE, le salaire du SMIC a 3 000 euros par mois ,moi, je lui aurait demandé combien touche un petit retraité ,ben surement dans les 2000 euros que je doute mesdames,messieurs ...
    On ne parvient donc pas à offrir un toit à tout le monde en France ? Qu'importe ! Malgré cette situation préoccupante, des fonctionnaires de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) préfèrent s'activer en Allemagne pour inciter des milliers de "réfugiés" à venir s'installer chez nous, dans le cadre du "plan d’urgence" décrété par François Hollande. Que dans 7 mois,il se foutera de vous et de moi ,feront leurs valises . Et pour mettre toutes les chances de leur côté, il y a plus d'un an maintenant, se sont même décidé à distribuer des prospectus en arabe... En France, l’association Singa a lancé l'initiative CALM (comme a La Maison) avec un site web proposant à des familles d'héberger des clandestins pendant plusieurs mois. Une sorte d'Airbag pour "migrants" qui ne peut qu'inciter les candidats à l'exil à venir tenter leur chance en France. Le slogan est assez clair : "vous avez une chambre libre dans votre appartement ? Hébergez un réfugié !". Et nos SDF qui dorment dans la rue ? Seraient-ils trop de souches pour intéresser ces militants associatifs ? Ben ma foi je doute ...
    Le gouvernement est également prêt à apporter un certain nombre d'aides aux communes qui acceptent de mettre en place des dispositifs d'hébergement pour les "réfugiés". Claude Huet, ancien SDF et responsable de l'association SOS Sans-abris, dressent aujourd'hui un constat amer : "quand j'ai été reçu au ministère, j'avais demandé que chaque commune de France accueille un SDF. On m'a répondu que ce n'était pas possible !". Déjà en mai 2014, Claude Huet avait expliqué que les Français de souche semblaient être des citoyens de seconde zone dans leur propre pays : "un centre d’hébergement d'urgence de 250 "lits" et seulement 3 FRANÇAIS. C'est de la préférence nationale ou étrangère ?". 
    Quand les droites nationalistes et identitaires sont venues en aide aux SDF Français de souche, des voix se sont élevées pour dénoncer une "discrimination". Par contre, aider les autres avant les nôtres, c'est mieux, car cela participe à l'accélération de l'invasion, et surtout demain de vous proposer bien gentiment de partir de chez vous, enfin gentiment, votre femme et fille violé et jeté a la rue femme en chemise de nuit et homme en slip ... OUI, je l'ai vécu, et même avoir était torturé à l'âge de 13 ans .Je vous remercie ...
    Sylvestre Brunaud ..


    votre commentaire
  •  Pourquoi t'as rien fait grand père !

     Par: Sylvestre Brunaud ..
     
    Un billet de l'année dernière déjà paru ...L’image contient peut-être : 1 personne, texte
    ET OUI POURQUOI T'AS RIEN FAIT ? VOUS LE SAVEZ TOUS POURQUOI ET SURTOUT D'AVOIR ABANDONNE NOTRE EMPIRE FRANÇAIS ! 

    Lisez bien attentivement.

    Mesdames,Mesdemoiselles ,Messieurs;

    Son âme, la France est en train de la perdre, non seulement à cause de la mondialisation, mais aussi, et surtout, à cause de la société à la fois pluri-ethnique et pluri-culturelle que l'on s'acharne avec de fausses idées et de vrais mensonges, à lui imposer. Si cet essai a permis à quelques-uns de mesurer devant quels périls, nous nous trouvons placés, il aura déjà atteint son but...
    Ces mots peuvent apparaître cruels. Mais elles correspondent à un sentiment très profond. Le moment est venu de traiter énergiquement le problème de l’immigration africaine et notamment musulmane qui cherche leurs proies sur des territoires chrétiens et civilisées pour en prendre tous leurs biens ...

    Si tel n’est pas le cas, la France aura deux visages :
    • celui du « cher et vieux pays »
    • et celui du campement avancé du tiers-monde africain avec tous cela provoquera sur le domaine des maladies graves sur nos populations ...

    Mesdames et messieurs ... , si nous désirons voir les choses dégénérer ainsi, il suffit de leur laisser suivre leur cours et en 2020 et peut-être avant l'affaire sera classée ou notre pays ne s'appellera plus France ...

    Le campement africain et Afrique du Nord, toujours plus grand, plus vaste, plus illégal, grignoteront d’abord, puis rongeront, avant de faire disparaître tout entier le cher vieux pays, dont la dé-fête sera annoncée du haut des minarets de nos nombreuses mosquées. Notre temps et compter, et assez graves pour ne pas faire appel à de médiocres facilités politiciennes...

    Nous allons vers des Saint-Barthélemy si l’immigration africaine n'est pas strictement contrôlée, limitée, réduite et expurgée de ses éléments négatifs et dangereux, si un effort d'intégration ne vient pas aussi compléter cette nécessaire répression. Les mesures à prendre sont sévères et il ne faudra pas que le vieux pays frémisse de réprobation chaque fois qu’un charter rapatriera des envahisseurs illégaux ...

    Il faut donc ainsi que ce cher vieux pays restitue à l’état sa place normale. Les libéraux l’ont affaibli, les socialistes l'ont détruit. "Où sont les grandes tâches dévolues à l'État ? La Justice, l’Armée, l'Éducation nationale, la Sécurité, la Police, notre place en Europe ?En miettes...

    La France est à l’abandon, est en décomposition à travers le monde. Sa recomposition est dans un retour énergique à l’unité et à la cohérence, et de la Nation et de l'État...
    Si la vérité vous choque, faites en sorte qu'elle devienne acceptable,. Mais ne bâillonnez pas celui qui en dénonce, l'absurdité, l'injustice ou l'horreur ...Je vous remercie...

    Sylvestre Brunaud ...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires