• Les financiers du Monde, Pigasse et Niel, soutiens des délateurs antifas de La Horde

    Directeur au Monde, Aris Papathéodorou héberge le réseau des antifas de La Horde qui s’en prend au « grand capital » sans que cela ne gêne ses employeurs, le titre est la propriété de Matthieu Pigasse (directeur à la banque Lazard) et du milliardaire Xavier Niel, voici pourquoi.

    Au Monde, on connaissait déjà Mestre et Monnot, les préposés à la surveillance des« droites extrêmes» qui animent le blog poussif du même nom. Plus hargneux qu’efficaces, ils font diversion. L’arrière-cour est plus musclée au point de faire du quotidien la base arrière de toute l’ultra gauche.

    La Horde est un site « antifasciste » dénonçant avec haine et violence ceux qui ne plaisent pas à leurs commanditaires. En totale illégalité, les administrateurs de La Horde revendiquent un anonymat militant. Sauf que le site est hébergé — avec d’autres de la mouvance (No Pasaran, Reflex, Solidarité Résistance Antifa, Sud Education, Association RaDAR, …) — par Samizdat dont le gestionnaire n’est autre qu’Aris Papathéodorou, directeur artistique du quotidien Le Monde depuis 2011. Un artiste pas uniquement recruté pour ses compétences graphiques car il ne dispose, d’après son profil Linkedin, que d’une simple licence « jamais complétée »… en sciences sociales.

    Né en 1959, Papathéodorou est un pionnier du militantisme sur le Net. Son aventure avec Samizdat débute quand les mouvements autonomes, anarchistes et libertaires imaginent utiliser les réseaux d’ordinateurs à des fins militantes. Samizdat.net a attendu 2000 pour se transformer en association loi 1901.

    Soutien aux terroristes de Vincennes…

    On sent chez Papathéodorou la frustration de l’idéologue fasciné par l’action, mais tranquillement cantonné dans l’intendance, moins exposée et plus lucrative. On le trouve en 1994 dans le soutien à Florence Rey et Audry Maupin, les deux tueurs de la Fusillade de Vincennes (5 morts, 6 blessés). Avec d’autres libertaires, il cosigne une déclaration attestant de leur proximité avec les terroristes : « Oui ce sont des camarades, oui nous avons milité ensemble ».

    Ce ne sont pas les seuls car on découvre dans son orbite un ancien d’Action directe   Claude Halfen dit “Casquette”. En 2015 et bien qu’il le récuse, Halfen a été clairement identifié par Rodolphe Crevelle, du Lys noir, comme étant l’administrateur de La Horde. Soupçonné d’avoir participé, le 31 mai 1983, à la fusillade de l’avenue Trudaine à Paris, dans laquelle deux policiers sont tués et un troisième grièvement blessé , il est acquitté faute de preuves.
    Au cours du procès en diffamation qu’il intente, en 2011, contre l’ancien juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière, il ne renie rien. A la question du président du tribunal : « Avez-vous des regrets ou des remords ? », Halfen répond : « On aura à tirer le bilan critique » d’Action directe quand tous seront sortis de prison.
    Effectivement, plusieurs sites hébergés par Samizdat, comme No Pasaran , militent pour la libération des terroristes d’Action directe ainsi que de l’assassin communiste Cesare Battisti, et les soutiennent.

    Si Halphen récuse son activité sur La Horde, on sait qui opérait avant lui. En 2015, dans l’hommage que ses amis lui rendent après sa mort, ils désignent Jean-Pierre Masse, un « antifasciste de longue date (au sein de Solidarité Résistance Antifa et de La Horde) » . Il était aussi concepteur de sites pour Sciences Po et le CNRS, et entretenait une fantasmatique « cartographie de l’extrême droite contemporaine ».

    Masse et Papathéodorou ont été de vieux complices, puisqu’ils étaient les principaux administrateurs de Samizdat, dixit Jean-Marc Manach. Ce journaliste spécialisé d’Internet et des questions de surveillance et de vie privée , est une autorité dans son domaine : il intervient dans les grandes écoles du journalisme

    français pour former nos futures « élites » médiatiques. Tout naturellement, son blog consacré aux libertés numériques est hébergé par Le Monde. On retrouve Papathéodorou et Manach en mars dernier à Marseille autour des travaux d’une cyberféministe.

    « Ils pourront toujours se brosser avec leurs lois »

    Dans une présentation du projet Samizdat parue sous forme d’entretien dans la revue universitaire Matériaux pour l’histoire de notre temps (n° 79, 2005), « l’infatigable activiste » Papathéodorou explique comment ses engagements antérieurs « autonomes et libertaires » l’ont conduit à devenir l’hébergeur, ou plutôt un « opérateur de communication alternatif » des mouvances les plus radicales de la gauche.

    Le principe est « de ne pas donner d’informations sur les gens que l’on héberge, et de ne jamais enlever aucun contenu tant que nous n’y sommes pas obligés par une décision de justice — mais nous nous réservons aussi la possibilité de ne pas obtempérer dans certains cas, si nous l’estimons nécessaire ». En 2000, Papathéodorou clamait déjà haut et fort dans feue la revue Transfert : « Ils pourront toujours se brosser avec leurs lois ».

    Un identique mépris de la législation est affiché sur le site de La Horde « La Horde est un site de communication au public en ligne consacré à l’antifascisme. Il est édité à titre non professionnel au sens de l’article 6, III, 2° de la loi 2004-575 du 21 juin 2004. Conformément aux dispositions de cet article, son éditeur a choisi de rester anonyme. Il est hébergé par Samizdat. »  Alors que des administrateurs de sites sont condamnés pour défaut de mention légale permettant leur identification, ceux de Samizdat bénéficient d’une étonnante complaisance des autorités de contrôle. Dans ces conditions, on peut se demander comment est gérée la grosse boutique en ligne de La Horde.

    Gentil le Décodex avec la Horde…

    Le Monde a lancé le Decodex pour « aider à vérifier les informations qui circulent sur Internet » s’arrogeant ainsi le droit de dire qui diffuse de la bonne et de la mauvaise information. Alors ministre de l’Education nationale, Belkacem avait même recommandé l’outil dans les écoles.

    Ainsi le Decodex du Monde met sévèrement en garde contre TV Libertés, Polémia et tous les sites de la dissidence, mais n’a évidemment rien contre les sites hébergés par Samizdat, pas inquiété par les appels à la haine et au meurtre ni par les soutiens au terrorisme. Logique : il ne faudrait quand même pas balancer des collègues !

    Les contradictions n’étouffent pas Papathéodorou, issu d’une famille de communistes grecs réfugiés en France, il sert de portefaix à Pigasse, celui qui restructure la dette grecque pour le compte de la banque Lazard dans les années 2000-2010, plongeant le pays dans la misère.

    Ils ne se cachent même plus. Finance, médias, politique et terrorisme, les liens mis à jour entre la grande finance, les idéologues de l’ultra gauche et les antifas au sein d’une institution comme Le Monde illustrent une communauté d’intérêts : éliminer les résistances de la population française au mondialisme à n’importe quel prix et par tous les moyens, légaux et illégaux.

    Source : http://noussommespartout.fr


    votre commentaire
  • En ton Honneur Harki, ton Frère d’armes se souvient !

    Publié par :Pieds Noirs 9A..

    Sinistre et terrible anniversaire  que ce 19 mars !

    Comme l’a écrit Etienne de VIGNOLES, dit La Hire, Compagnon de Jeanne d’Arc

    « J’ai fait ce qu’un Soldat a l’habitude de faire. Pour le reste, j’ai fait ce que j’ai pu ! »

    Mais, cela n’a pas été assez et si je croyais encore, il y a déjà longtemps que j’aurais demandé à Dieu qu’il me pardonne.
    Alors, aujourd’hui et jusqu’à mon dernier jour, je continue et continuerai à faire ce que je peux, car je ne peux ni ne veux oublier les Harkis, mes Frères d’arme !

    Ayant déjà écrit plusieurs articles relatifs à ces sinistres événements, et publiés sur ce site, j’ai choisi de vous faire connaître un texte rédigé par Khader Moulfi (Coalition Nationale des Harkis et des Associations de Harkis), bien sûr il n’a jamais donné lieu à aucune diffusion médiatique bien que légèrement postérieur à l’élection de celui que la Constitution a fait « chef » des Armées …

    J’ajouterai simplement :

    nous avons un Devoir de mémoire envers nos Harkis.

    Aidez moi à ce qu’ils ne soient pas oubliés !

    Faites connaître ce texte de Khader Moulfi
    Jean-François Cerisier

    À l’attention : du Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron

     Le candidat Macron avait déclaré, en Algérie flniste, de manière antipatriotique et infamante, que la colonisation était un crime contre l’humanité, sans donner davantage de détails.

    Face à l’énorme polémique, celui-ci a évoqué, de manière très floue et unilatérale, la « guerre » d’Algérie qui n’est pas, rappelons-le, une guerre au sens juridique et international du terme mais une pure création idéologique et politicarde, via la loi scélérate et révisionniste du 18 octobre 1999, soit une déclaration de guerre, à un État qui n’existait pas, la Flnie, 45 ans après le démarrage des événements.

    Une insurrection parsemée d’attentats terroristes, d’exactions contre les populations civiles de toutes origines et confessions (incluant les athées), … Aussi violente soit-elle, ne constitue pas, systématiquement, une guerre, d’autant plus que l’ALN n’était pas une fraction significative, de la population de céans, avec ses 47000 membres, sur 12 millions d’habitants, de 1954 à 1962, pour prétendre à une guerre civile. Les Harkis étant, très largement, en supériorité numérique, avec plus de 225 000 combattants, durant cette période de pacification.

    Pour preuve ni l’ONU ni les États démocratiques ni les organisations (de type Croix Rouge) n’ont reconnu, cette « guerre », selon les conventions internationales (Genève, …) ni les Accords d’Evian entérinés le 18 mars 1962 (Oups 1 « coquille » s’est glissée , par inattention de ma part, dans le texte de la pétition en ligne, dans lequel j’ai tapé 18 septembre 1962 au lieu du 18 mars. J’ai rectifié mais seuls les modérateurs, de MesOpinions.Com, peuvent valider mes corrections. Je tiens à le préciser sinon mes « potes » Benjamin Stora & Co vont me vanner en disant que je ne connais pas mon Histoire. Heureusement que j’ai rédigé, des légions d’articles, sur ce sujet, pour ma « défense » !!!).

    Ces accords prévoyaient, entre autres « petits-arrangements » économiques, stratégiques (le Front National de Libération supposé avoir délivré, son Peuple, de la colonisation, a accepté, néanmoins, que, par exemple, l’État français puisse continuer à l’irradier, jusqu’en 1975, avec ses essais nucléaires au Sahara), … Plusieurs clauses qui étaient, pourtant, de véritables « signaux d’alarme » sur ce qui devait arriver (?).

    Lesdits accords acceptés, par les représentants du FLN et ceux de la France, stipulaient, par ailleurs, que les « Musulmans » de droit local (Cf. les décrets Crémieux), incluant les Harkis et leurs familles, deviennent, Algériens au sens flniste, sans leur laisser le choix de rejoindre, librement, la « Mère-Patrie » qu’ils avaient servie dont certains depuis la seconde guerre mondiale puis l’Indochine.

    Il est étonnant que le FLN et, encore plus, l’État français, aient signé, cette condamnation à mort programmée, notamment, en raison des télégrammes très hostiles émanant, bien avant, des katibas, imposant d’attendre avant de liquider les Harkis. Quant aux Pieds-Noirs, le fameux : « La Valise ou le Cercueil » n’était guère plus optimiste !!!

    Pourquoi le FLN n’a-t-il pas recommandé, tout simplement, que les Harkis et leurs familles soient rapatriés, en métropole ou dans les DOM-TOM, car leurs vies étaient en péril… Et, pourquoi l’État français fut-il si « crédule » ???

    La perfidie préméditée et sournoise obligeait, la France, à désarmer ses propres soldats, pour les livrer à un génocide plus que prévisible… Résultat, après le pseudo cessez-le-feu du 19 mars 1962 à 12H00 violé, dès le premier jour, par le FLN et ses « marsiens »[1] (les fameux résistants de la dernière heure), il y eut 150 000 Harkis (chiffres donnés, par un courrier du Ministère des Armées, en 1975), plusieurs milliers de Pieds-Noirs et 535 soldats métropolitains exterminés avec une barbarie extrême.

    L’Histoire ne doit pas être confisquée, ad vitam aeternam, par une seule catégorie d’historiens vrais ou supposés, ayant soutenu avant, pendant et après, d’une manière ou d’une autre, le FLN et autres révolutions marxistes et assimilées, sans que les susvisés ne soient confrontés à une véritable contradiction équilibrée dans le débat public (incluant les médias).

    L’Algérie d’avant le 05 juillet 1962, n’était pas la propriété du FLN, avec une histoire très complexe qui ne doit pas être instrumentalisée, par un régime unique despotique et corrompu, ayant ruiné, ce pays et ses habitants(tes), pour conserver sa « mainmise », sur ce territoire et ses richesses, surtout, à l’approche de chaque élection.

    Depuis le 25 septembre 2001, date de la première journée d’hommage national aux Harkis inaugurée, par le Président Chirac, ce n’est que félonie et hypocrisie nationales, avec l’occultation du génocide, les réparations en souffrance, l’officialisation du morbide 19 mars 1962 (en doublon avec le 05 décembre promulgué avant), …

    Certes, d’aucuns(es) diront que François Hollande a reconnu, le 25 septembre 2016, la responsabilité de l’État français mais dans quoi au juste ??? Les massacre des Harkis et Pieds-Noirs ??? L’accueil inhumain en métropole ??? La mort sociale maintenue et programmée des Harkis et leur famille, amplifiée par le regroupement familial à compter de 1975 ??? Les propagandes anti-Harkis et la falsification de l’Histoire ??? Les insultes et diffamations permanentes des satrapes flnistes et de leurs comparses qui n’ont jamais créé le moindre incident diplomatique ???

    Toutefois, si l’État français a, bel et bien, une responsabilité collatérale, quant à sa déraison d’État dans sa gestion, criminellement, chaotique et expéditive, des « Affaires Algériennes ». Les génocidaires sont le FLN et ses « marsiens » et eux-seuls car ils ont commis, physiquement, ces crimes contre l’humanité, après le cessez-le-feu, sur des gens désarmés et, cerise sur le gâteau, un « hold-up » sur ce pays et ses ressources naturelles… Régime que la presse algérienne qualifie, entre autres, de « kleptocratie » !!!

    Alors, il est temps d’appeler un génocidaire, un génocidaire (trop de respect, pour les chats, pour les impliquer dans ce sordide dossier), surtout, quand les ventriloques et marionnettistes, de Ziziz Bouteflika, le gnome despotique du FLN devenu, désormais, la « Momie » supposée diriger, nonobstant son état quasi-végétatif, l’Algérie du FLN et, par conséquent, d’imposer à la France sa repentance, sur la colonisation qui, n’en déplaise à certains, concerne tous les protagonistes de l’époque antérieure, à 1962, car cette terre maghrébine en a vu, de toutes les couleurs, au fil des siècles.

    C’est pourquoi le Président Macron, au service exclusif des Français(es) et, aucunement, des dictatures étrangères, doit reconnaître, officiellement, le génocide perpétré, par le FLN et ses « marsiens », après le cessez-le-feu, lors des commémorations des 25 septembre et 05 décembre 2017.

    La signature de la présente pétition, en fonction de son succès, pourrait appuyer cette requête plus que légitime pour rendre (enfin) justice, aux « Martyrs de la République Française », de toutes origines et confessions (dont les athées), 55 ans après !!!

    Étant de nature très réaliste, je sais, fort bien, que cette cause n’est pas le genre à mobiliser, spontanément, la Nation et les médias qui censureront ou caricatureront, cette démarche mais, envers et contre tout et tous(tes), il faut du panache et de la détermination car victoire ou défaite, l’honneur et la dignité, des « Martyrs de la République Française », doit être défendu par tous les gens de bonne volonté encore en vie et en état de le faire !!!

    [1]   marsiens :  nouveaux militants de la « cause nationale » apparus dès la veille de la signature des « accords » d’Evian. En fait, combattants de la dernière heure, ayant joué un rôle considérable dans la véritable épuration contre les Harkis dès la signature des « accords » d’Evian.

    Source : ripostelaique


    votre commentaire
  • Harcèlement de rue : les racailles sont le problème

    « Les forces de l’ordre pourront désormais verbaliser le harcèlement de rue », a récemment annoncé la secrétaire d’Etat aux droits des femmes. Amusant, quand on sait que souvent les forces de l’ordre arrêtent des mecs pour des violences graves et sont écœurés de constater qu’il n’iront pas en prison. Amusant, quand on se souvient qu’en décembre une policière a été lynchée au sol par une foule de racailles sans que ses collègues ne puissent faire usage de leur arme. Amusant, quand on sait le nombre de caillassages de policiers et pompiers qui restent impunis.

    Les principaux responsables de l’angoisse des femmes dans la rue sont les racailles, qui ne sont pas juste machistes, mais violents physiquement. Ils cumulent les transgressions. Tout dans leur langage et attitude nous rappelle que la moindre micro-conversation peut dégénérer en agression en un instant.

    Si on sursaute pour un « hé mademoiselle », ce n’est pas parce qu’on a peur d’être appelée mademoiselle. C’est parce que le type qui nous dit ça est capable de péter les plombs sur nous, de nous frapper, de nous cracher dessus et de nous coincer avec ses potes si notre réponse ne lui plaît pas.

    Ceux qui traitent de putes les femmes dans la rue, ce sont ceux qui zonent, qui trafiquent, qui tabassent des mecs « pour un mauvais regard », qui sortent le couteau « pour une cigarette », qui arrachent le sac des passantes. Ce sont ceux qui mettent un point d’honneur à ne jamais se décaler d’un centimètre quand une femme essaye de passer. Ce sont ceux qui bloquent le trottoir en groupe de huit et te lâchent un « zebi »(littéralement, « ma bite » en arabe), si tu leur demandes poliment de pouvoir passer avec ta valise à roulettes. Ce sont ceux que les femmes qui racontent leur agression appellent « des jeunes », même s’ils ont quarante piges, car si elles osent les nommer autrement, elles seront illico culpabilisées, suspectées, sommées de se justifier. Ce sont eux et leurs potes. Et chacun de ces types emmerde à lui tout seul une bonne centaine de femmes par an. Ils ne se cachent même pas. Tout le monde connaît ces mecs.

    Tant que des types prendront 4 mois de sursis pour un tabassage, tant qu’on relâchera des agresseurs à la moitié de leur peine, aucun politique ne pourra dire qu’il lutte sérieusement pour la sécurité des femmes.

    Ces mecs-là se foutent des amendes, ils sont insolvables. Marlène Schiappa veut les envoyer faire « un stage citoyen ». Leur seule réponse sera un « J’men bats les couilles wesh », ou autre fanfaronnade du même tonneau. Un homme qui a déjà échappé à la prison après un vol avec violence, qui pendant son adolescence gloussait en voyant ses potes délinquants sortir du commissariat libres comme des papillons, pensez-vous vraiment qu’il écoutera les leçons de citoyenneté d’une intervenante associative ?

    La focalisation sexuelle empêche de traiter le problème. Plus de 90 % des agresseurs sont de sexe masculin mais ce ne sont pas « les hommes » le problème. La majorité des violences aux personnes est commise par une minorité de personnes. La majorité des agressions est commise sur des hommes. C’est une minorité de déviants identifiés, impunis, qui s’en prend aux femmes et aux hommes dans l’espace public. Vous savez, les fameux « connus des services de police » qui s’en sortent comme des fleurs presque à chaque fois. Le mec qui te traite de « grosse salope » ou de « kehba » quand tu ne réponds pas à son compliment, c’est aussi le mec qui met une balayette à ton petit frère de 14 ans pour lui piquer son portable.

    On pourra m’objecter que les « racailles » ne sont pas les seuls auteurs de violences sexistes ou de harcèlement. C’est vrai. Il existe par exemple une part non-négligeable de harceleurs appartenant aux classes dominantes de la société, dont l’excellente maîtrise des normes sociales leur permet justement de harceler en toute impunité, de ruiner la réputation des plaignantes, de répondre pile comme il faut aux questions des policiers, de trouver de bons avocats. Mais l’existence de harceleurs cachés ne justifie en rien que l’on ferme les yeux sur la masse de harceleurs qui étalent leur agressivité envers les femmes de manière publique, assumée et bruyante.

    La diversité des profils d’agresseurs et harceleurs ne signifie pas l’absence de profils. Distinguer divers profils d’agresseurs, de modes opératoires, de lieux, c’est précisément cela qui permet d’enrayer un phénomène sous ses formes les plus diverses. En matière de harcèlement de rue, le problème, ce sont les racailles, point.

    On notera au passage que la phrase « Il n’y a pas d’agresseur-type! », les féministes institutionnelles la jettent toujours au visage de la femme qui se plaint d’avoir été agressée par des racailles, jamais à celle qui dénonce des violences commises par un « dominant ». Personne ne prétend qu’il existe un seul profil d’agresseur ou de harceleur, personne. Quand on martèle à une femme qu’« il n’y a pas d’agresseur-type », c’est pour la rappeler à l’ordre, c’est parce qu’on a la trouille qu’elle parle un peu trop librement.

    Une femme victime d’agression subit systématiquement des pressions féministes à ne surtout pas décrire son agresseur : au nom du « pas d’amalgame » entre une agression et une communauté, elle est sommée de faire l’amalgame entre son agresseur et 100% des hommes. Toute femme coupable d’un vilain amalgame en public sera systématiquement rappelée à l’ordre. Celles qui amalgament l’ensemble des hommes à des porcs seront en revanche applaudies.

    Pour vous donner une idée du niveau d’omerta féministe auquel nous sommes rendus, le collectif « Paye ta shneck », principale plateforme de témoignages de harcèlement de rue en France, censure systématiquement les témoignages de femmes contenant des mots tels que « kehba »« wallah », « kehba » ou « zebi« . La plupart des femmes qui me contactent pour me relater leur expérience du harcèlement de rue ou d’agressions ont peur d’être socialement rejetées si je publie leur témoignage. Elles sont des dizaines, alors que Bellica est un site très récent, qui reste assez confidentiel. Au même moment, les féministes institutionnelles parlent de « libérer la parole des femmes ». Tout le monde sait qui harcèle les femmes dans la rue, mais il n’y a pas de « Me Too » pour les victimes des racailles.

    Les femmes victimes sont sommées de « ne pas stigmatiser » les racailles pour « ne pas en rajouter », puisque ces messieurs font partie des « dominés » de la société. C’est oublier que les rapports de domination varient selon les échelles géographiques. Un homme « dominé » à l’échelle de la société se retrouve, de facto« dominant », quand il coince avec ses copains une nana dans un wagon de RER pour lui faire passer un sale quart d’heure. Contrairement à ce qu’affirme le credo féministe intersectionnel, une femme « non-racisée »de la classe moyenne diplômée n’est pas « une dominante » quand elle est encerclée par 5 mecs agressifs.

    Le « harcèlement de rue » est principalement commis par des racailles et on ne rendra pas les rues sûres pour les femmes tant que l’on ne s’attaquera pas au phénomène racaille. Il suffit en large part d’appliquer les lois qui existent déjà et de cesser les expérimentations pédagogiques farfelues en matière « d’aménagements de peine », perçues par les racailles comme rien d’autre que des marques de faiblesse occidentale.

    Les hommes sont les cibles majoritaires d’agressions mais les femmes sont davantage confrontées aux insultes et menaces au quotidien que les hommes. Autrement dit, statistiquement, les hommes sont davantage agressés, les femmes sont davantage renvoyées à la possibilité d’une agression. Le projet de verbalisation du harcèlement de rue aura sans doute des effets aussi nuls qu’en Belgique, où seules 3 plaintes de ce type sont déposées par an. La verbalisation donne une illusion de réaction politique et sert de cache-sexe à un océan de renoncements politiques en matière de sécurité. Elle entretient un climat de suspicion générale entre les femmes et les hommes, là où précisément, c’est une affaire d’hommes autant que de femmes.

    Lutter contre le harcèlement de rue passe nécessairement par la libération de la parole, le droit de décrire son agresseur sans craindre de subir les foudres du politiquement correct et par l’application réelle des peines envers les auteurs de violences, de manière à briser le sentiment d’impunité qui est la racine de leurs comportements déviants envers les femmes dans l’espace public.

    En 2018, une femme harcelée dans la rue ou les transports subit un double harcèlement. Le harcèlement sur le moment, par une racaille, puis le lynchage social, dans son entourage ou sur les réseaux sociaux, si jamais elle ose décrire son agresseur un peu trop précisément.

    Il est temps de mettre fin à ces menaces de mort sociale.

    Solveig Mineo

    Source : http://bellica.fr


    votre commentaire
  • Le mur des fossoyeurs de notre civilisation

    Publié par: Pieds Noirs 9A..

    fossoyeur

    Liste non exhaustive :

    bm2 bm3 bm4 bm5 bm6 bm7 bm8 bm9 bm10

    Source : lesobservateurs


    votre commentaire
  •  Allumettes aux Anchois (recette)Posté Par: Pieds Noirs 9A..

    Allumettes aux Anchois

     

    Préparation : 15 mn - Cuisson : 15 mn - Nombre de personnes : 4
    Ingrédients
    - pâte feuilletée
    - 20 anchois dessalés
    - 1 oeuf battu
    Film de la recette
    Séparer les anchois en deux
    , en retirant l'arête. Étaler
    la pâte. Couper des bandes
    de 12 cm environ, légèrement
    plus longues que les filets
    d'anchois.
    Sur chaque bande , placer un
    filet d'anchois . Replier la
    pâte et appuyer sur les
    bords .
    Badigeonner au pinceau avec
    l'oeuf battu.
    Mettre au four th. 7
    pendant 12mn environ.

    L’image contient peut-être : nourriture

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique