• Griveaux ? Un membre actif d'une Macronie ébranlée

    Il y a dans cette affaire, indépendamment de son côté grotesque « d’adolescent attardé », un véritable scandale. Tout observateur impartial aura remarqué qu’à part une exception ou deux, le monde politico-médiatique ne s’est pas indigné des « exercices » sexuels douteux d’un ancien ministre de la république, mais de la diffusion sur le net d’images scabreuses filmées par l’intéressé lui-même ! Aucune condamnation de ce stupide comportement, non, par contre une condamnation sans faille des « réseaux sociaux », coupables d’attenter à la vie privée de ce pauvre Griveaux. Mais de qui se moque-t-on ?

    Un seul coupable, le « net » !

    Nul n’a songé à s’inquiéter des lubies perverses de ce petit marquis bien en cour, jusqu’à présent, de la Macronie.  Ah ces bons vieux réseaux sociaux responsables de tous nos maux qui répercutent des choses, disons, confidentielles, intimes, « circulez, il n’y a rien à voir ! ». Quelle sinistre plaisanterie. Si cet individu prétentieux, plein de morgue, un ancien de l’écurie de DSK - ceci expliquant peut-être cela ? - n’avait pas eu l’incroyable réflexe de se photographier et d’envoyer l’image à une potentielle dulcinée, rien ne serait sorti de cette écœurante intimité. Car, convenons-en, il faut être un peu tordu pour se filmer dans une attitude d’éjaculateur matinal, non ? Nous avons tous vu sur les écrans des chaines d’info type BFM, CNews ou LCI, des dinosaures du monde politique venir quasiment excuser le Griveaux , pour s’acharner sur celles ou ceux qui ont diffusé les images, comme le « philosophe » Luc Ferry, ancien ministre  aussi, ou ce Cohn Bendit que l’on ressort à la moindre occasion, sans doute le plus mal placé pour parler d’un tel sujet !

    Un étrange « citoyen », ce Piotr Pavlenski

    Toute honte bue, le Benjamin a porté plainte contre Piotr Pavlenski, l’anarchiste russe réfugié politique, et sa complice Alexandra Taddeo, la destinataire des images, coupables d’avoir balancé cette scène sur ces fameux réseaux sociaux. Était-ce un coup tordu pour faire plonger Griveaux et le faire renoncer à la mairie de Paris ? Certes, les sondages n’étaient pas bons, mais point n’était besoin de « tirer sur une ambulance ». Et  son ancien collègue LREM comme lui, virtuel candidat pour 2022, Joachim Son-Forget, député des Français de l’extérieur, n’a pas non plus été étranger à la diffusion de cette scène, comme il l’a reconnu lui-même, tout en se félicitant de la mise en examen du couple par qui le scandale a été révélé. On aurait  voulu carboniser l’ancienne tête de liste des « marcheurs » dans la capitale, que l’on ne s’y serait pas pris autrement. Car l’affaire remonte à 2018 ! Donc, le dossier était en attente d’opportunité, au « frigo ». Voilà qui en dit long sur les mœurs de cette société faisandée. Il s’est même trouvé un président de cette « république bananière », pour insinuer  que les Russes, manipulateurs habituels parait-il sur  la toile, seraient derrière tout ça. Tout  cela au moment même où Macron semblait vouloir renouer avec Poutine pour améliorer les relations entre Paris et Moscou ! Était-il  utile que notre Chef de l’État encore pour deux ans - patience ! - lance pareil pavé dans la mare ?  Il s’est même trouvé des politicards et des journaleux pour s’étonner que Pavlenski, bénéficiaire de l’asile politique, n’ait pas été déjà expulsé, alors qu’il se trouve à la merci de Thémis, sous le coup d’une autre affaire remontant à janvier dernier. Bien plus prompts à demander l’expulsion de cet indésirable, que l’application des OQTF frappant les clandestins déboutés du droit d’asile, mais jamais exécutées ! En cette Ve agonisante, chaque jour nous nous enfonçons un peu plus dans la décadence.

    Jean-Claude Rolinat - Membre du Bureau politique du Parti de la France


    votre commentaire
  • On lessive les cerveaux des Français

    Résultat de recherche d'images pour "lavage de cerveau"

    Milliere Guy

    Résultat de recherche d'images pour "lavage de cerveau"

    La lecture des journaux français n’en finit pas de me consterner.
    Sur presque tous les sujets, il est quasiment impossible, de trouver un article qui ne soit pas imprégné des dogmes ambiants et qui ne semble destiné à formater les esprits.

    Les dirigeants conservateurs de la planète sont pratiquement tous qualifiés des dirigeants d’« extrême droite », une expression aux allures d’anathème destinée à l’évidence à faire peur.
    L’expression désigne ainsi Viktor Orban en Hongrie, Matteo Salvini en Italie, Jair Bolsonaro au Brésil, pour ne citer que quelques exemples.
    La définition de l’« extrême droite » ainsi désignée n’est, bien sûr, jamais donnée, parce qu’elle n’existe pas.
    Les décisions prises par les dirigeants concernés ne sont, cela va de soi, jamais analysées, ou alors ne s’en trouve retenu que ce qui peut servir à l’énoncé de propos diffamatoires.
    Donald Trump a été longtemps placé dans cette catégorie : les mots « extrême droite » ne lui sont plus guère appliqués, mais les propos diffamatoires à son égard restent.
    Tous ses faits et gestes, tous ses propos, sont disséqués, triturés, déformés aux fins de le faire apparaître comme un monstre débile et dangereux.
    Les résultats qu’il a obtenus, qui contredisent totalement et absolument ce que prévoyaient les pseudo-« experts », ne sont quasiment jamais énoncés, ou sont attribués à la chance ou, comme j’ai pu le lire récemment, à la « baraka ».
    Lorsqu’il s’agit du climat, ou du « réchauffement climatique » anthropique, l’idolâtrie envers Greta Thunberg est systématiquement de mise, et quiconque ose contredire ou réfuter ce que celle-ci dit se trouve rapidement traîné dans la boue.

    Qu’une adolescente autiste qui sèche l’école et ignore tout des sujets dont elle parle (ou plus exactement dont on la fait parler car, bien sûr, des adultes écrivent tous les mots qu’elle prononce) soit considérée comme une sorte d’oracle semble normal aux yeux de nombre de journalistes.
    Ces derniers, lorsqu’on leur parle de climatologues, n’ont de considération que pour les scientifiques défroqués qui travaillent pour le GIEC, et frappent d’anathème ceux qu’ils appellent dédaigneusement « climato-sceptiques ».
    Aux fins de bien ancrer dans les têtes la certitude que la planète se réchauffe, des magazines publient des récits d’anticipation sans nuance expliquant ce que sera l’Ile-de-France quand, dans une vingtaine d’années, disent-ils, le climat y sera celui qui règne aujourd’hui à Alger, et des photomontages montrent même des palmiers au bord de la Seine.
    Lorsqu’il s’agit de pays au régime nauséabond, tels que la Chine ou l’Iran, il est visible que la politesse la plus déférente est de mise.
    Xi Jinping est très rarement décrit comme ce qu’il est : un dictateur communiste.
    Et Hassan Rouhani est présenté de manière systématique comme un « modéré ».
    Les propos qu’il tient, qui montrent qu’il est exactement sur la même ligne qu’Ali Khamenei, le fanatique qui profère sans cesse des imprécations anti-occidentales, sont toujours laissés de côté, et Khamenei lui-même n’est jamais décrit comme un tyran aux penchants génocidaires.
    Les articles portant sur Israël sont, à d’infimes exceptions près, négatifs, et Mahmoud Abbas, qui n’est qu’un chef de bande terroriste islamique, est décrit avec obséquiosité comme un « président ».
    L’islam reste présenté comme une religion d’amour et de paix, et les islamistes comme des membres d’une étrange secte dont la violence est décrite comme n’ayant rien à voir avec l’islam lui-même.
    Il existe des îlots de lucidité, et des journalistes qui font scrupuleusement leur métier, mais les îlots de lucidité ne sont que des îlots au milieu d’un océan de désinformation.
    Et les journalistes qui font scrupuleusement leur métier sont des exceptions qui confirment la règle.
    Des Français parviennent à rester lucides et à résister.
    Mais des millions d’autres Français finissent par croire ce qu’on leur répète jour et nuit et perdent les moyens de comprendre le monde au sein duquel ils vivent.
    Dois-je le redire ?

    Une société où la désinformation remplace l’information n’est plus une société où la population fait ses choix en connaissance de cause et n’est dès lors plus une société démocratique.

    La France n’est plus une société démocratique.

    les4verites


    1 commentaire
  • Rost, l'antiraciste le plus raciste de France

    Devant un Morandini au supplice, le rappeur Rost s'est lâché sur Cnews. Jean Messiha ? Un sale Égyptien. Joachim Son-Forget ? Si ce n'était le Coronavirus, il vaudrait mieux le renvoyer en Chine… Il n'est de bon "racisé" que ceux qui geignent à longueur de temps sur la France prétendument raciste. Les autres, ceux qui remercient la France, ce sont des traitres à la cause. Pour quelqu'un qui a fondé Banlieues Actives, une association de promotion des jeunes issus de la diversité, c'est la classe… Après cela, faudrait-il encore s'étonner de voir les jeunes de banlieues maltraiter les Chinois comme ils le font, dixit le suscité Son-Forget qui a déclaré que le racisme à l'encontre des asiatiques provient surtout de cette fameuse diversité que Rost veut protéger… du racisme !

    Rost a également pleurniché sur les écrans télé qui seraient trustés par les blancs. Car personne en France n'a jamais entendu parler de Karine Lemarchand, Harry Roselmack, Audrey Pulvar, Christine Kelly, Marie Aline Meliyi, Laetitia Avia, Louis-Georges Tain, Sibeth N'Diaye, Dominique Sopo, Landry N'Gang, Danielle Obono, Rokaya Diallo, Maboula Soumahoro, Rama Yade, Christine Taubira, Thomas Berville et… Rost, qu'on est obligé de supporter presque quotidiennement sur les chaines info. A propos, Rost mérite-t-il encore de siéger au Conseil Économique et Social, où son ami Hollande l'a nommé ? Peut-il encore être un référent crédible pour la jeunesse, s'exprimer en son nom devant des institutions, percevoir une rémunération de l’État, après de tels propos ? Est-il vraiment l'exemple que la gauche bien-pensante a voulu promouvoir ? Et qu'aurait-on entendu si d'autres, des "blancs" pour être plus clair, avaient tenu de tels propos ? Les fameux "nazis" que la gauche voit partout ne peuvent-ils être fatalement que des Européens ? Soyons certains qu'avec un teint plus clair, Rost n'aurait surement pas échappé aux lazzis et quolibets. Mais là, comme ce fut le cas du délicat et poétique rappeur Nick Conrad, gageons que certains s'échineront à lui trouver des excuses…

    En s'exprimant comme il l'a fait, Rost a au moins dévoilé son vrai visage : derrière le masque de l'antiraciste, ce sont des intérêts communautaires, voire ethniques, qu'il défend, et rien d'autre. Et c'est probablement cela, le vrai racisme.

    Olivier Piacentini


    votre commentaire
  • Par: Pieds Noirs 9A..

    Le Grand remplacement est une réalité

    Le Grand remplacement et changement de loi et coutumes de population Progresse jour après jour ! et Faut des œillères pour ne pas le constaté et cela est grave .

    L'affrontement de cultures me semble inexorable. Deux points sont acquis :

    - durant la dernière guerre mondiale , les musulmans ont opté pour Hitler, comment conquérir un village une ville par les moyens les plus barbares comme le fut le FLN en Algérie que le "gringualé" ce met a genoux devant eux . 
    - les fondements de la RF viennent de la Révolution Française et ils sont incompatibles avec la charria.

     Je ne cherche pas à contrarier les perceptions populaires à tout prix. Je n’ai aucunement l’intention de faire la leçon. Quand je me pose des questions et que je cherche à y répondre, je m’intéresse d’abord aux aspects méthodologiques. On ne peut évaluer la validité d’un résultat à la satisfaction idéologique qu’il procure. Ce qui compte, c’est la manière dont il a été élaboré et non le succès qu’il remporte auprès de tel ou tel segment de l’opinion publique.

    La problématique est liée au déclin qui menace notre nation, car tel est bien le processus dans lequel notre pays est engagé. Le déclin s’affirme en effet comme le résultat mécanique des choix funestes du Système. La France, comme d’ailleurs l’Europe, ne fait plus que subir ce que d’autres décident pour elle. Notre pays ne maîtrise plus son destin, il ne contrôle pas son économie ni sa population ni même sa sécurité. Il n’a plus de frontière et ne sait plus qui il est puisque le Système efface sa mémoire, détruit son identité et lui interdit tout sentiment de fierté.

    La France a connu, beaucoup plus tôt que la plupart de ses voisins – dès le milieu du XIXsiècle -, une immigration étrangère importante, en raison d’un ralentissement démographique précoce. Différentes vagues migratoires vont donc se succéder avec des phases d’accalmie : Années 1920 suivies d’un reflux dans les années 1930 jusqu’à la sortie de la guerre ; Trente Glorieuses suivies d’une accalmie migratoire sur le dernier quart du XXe siècle ; nouvelle vague migratoire avec les années 2000 qui dure encore et d’intensité voisine de celle des Trente Glorieuses. En raison d’une expérience précoce de la transition démographique, la crainte d’un effacement économique, démographique et militaire, notamment par rapport au voisin allemand, a amené la France à considérer avec pragmatisme l’apport étranger en provenance de pays voisins et même à l’encourager, comme elle l’a conduite à adopter une politique familiale visant à favoriser le dynamisme propre de la démographie française. La France se retrouve aujourd’hui, avec l’Irlande, en tête des pays de l’UE par sa fécondité. La chute de l’indicateur conjoncturel de fécondité observé partout en Europe, à des moments différents après le babyboom, a été moins profonde et moins durable en France que chez ses voisins. Même s’il baisse à nouveau depuis 2010 (1,89 enfant par femme en 2016 contre 2,02 en 2010 en France métropolitaine). La France ne se trouve donc pas, d’un point de vue démographique, dans la même position que ses voisins et a moins besoin des migrations de remplacement prônées par l’Union européenne. La position relative de la France en Europe a donc changé. Mais ce qui a changé aussi c’est la provenance des flux migratoires. Il n’y a plus de pays européen qui aurait un trop plein démographique. L’Europe du Sud, comme l’Europe de l’Est ont la fécondité la plus basse de l’UE. Les flux qui ont suivi l’intégration européenne de la Roumanie et de la Pologne se sont dirigés vers les pays qui ont ouvert tout de suite leurs frontières (Royaume-Uni et Suède) et la France ne reçoit que la queue de comète de ce mouvement. Lorsqu’on compare les populations immigrées de l’Allemagne et de la France, celle de l’Allemagne est plus souvent d’origine européenne. En France, l’accroissement de populations originaires de pays n’appartenant pas à l’Europe s’est accompagné du « changement de pied » en matière d’intégration avec un abandon progressif des velléités assimilatrices de la France. Les concentrations ethniques dans les communes de plus 10 000 habitants ont bondi. On peut les mesurer, depuis la fin des années 1960, à partir de la proportion de jeunes d’origine étrangère (parmi les moins de 18 ans). La concentration était voisine de 15 % en moyenne dans ces communes à la fin des années 1960. Elle s’y est considérablement accrue et dépasse 37 % en 2015 dans les communes de 30 000 habitants ou plus. Il s’agit là de faits bien tangibles qui ne passent pas inaperçus.

    "Je vois la France mourir"

    Les classe moyennes blanches, c'est-à-dire la France des Français qui sont le poumon du pays, ne reviendront  plus du tout a Sarcelles ou autres quartiers de ses populations d'aujourd'hui
    La "ville nouvelle" est aujourd'hui une ville allochtonisée.
    Ce n'est plus la France.
    Et Sarcelles et autres banlieue n'est pas ou plus la France.
    La France se meurt.... Mais on peut espérer que la suite,la France est morte.
    La France est en danger de mort, parce que la France est déchristianisée petit à petit ET IL FAUT LE DIRE SANS CE MASQUANT LA FACE . Alors qu'elle est colonisée par d'autres Croyants.
    Qui obéissent à une foi, et d'abord une morale (car, à cet égard, nommons-la, l'Islam, professe des principes de base universels).
    Sauf à remarquer que si l'on ne tue pas, si l'on ne vole pas....pour Coran et hadiths, c'est entre "croyants".
    Ces commandements ne s'appliquent pas en dehors de l'oumma.
    Tout au contraire.
    L'Islamique a un devoir prosélyte, en pays de "mécréants" - si le prosélytisme quotidien (même agressif : voiles dans l'espace public, prières de rue, ramadan imposé de fait dans les "quartiers" aux rares "survivants" dans ces milieux intolérants, voire hostiles....) ne marche pas, le djihad armé arrive facilement. Qui n'empêche pas la "taqîya", en parallèle, pour abuser les gogos bien-pensants.
    Et on ne quitte pas l'islam. Qui dit comment l'adepte doit se comporter, du berceau au tombeau. En hiérarchisant les humains : l'homme devant, la femme bien derrière. Et en martyrisant les bêtes.
    Pas de libre-arbitre. Des foules moutonnières.
    Les Français ne croient, de leur côté, souvent, plus qu'à Moloch.
    Avoir, pour être - rien d'autre ne compte.
    Et on s'en vantera sur ces horribles "réseaux sociaux".
    La République et ses "valeurs" (au contenu jamais indiqué - juste un mantra, voire un visa de style) n'est qu'un régime.
    Ce n'est pas elle qui sauvera la France.
    "Je vois la France mourir EN ACCORD AVEC TOUS SES COLLABOS JE LE CONSTATE MÊME SUR LES PLATEAUX DE TV CHAQUE JOUR ET A CHAQUE EMISSION ... 

    Pour enrayer le déclin, la France, comme les autres pays d’Europe, doit à nouveau affirmer sa volonté de se dépasser, de progresser et se d’imposer,et non comme le font nos politiques de pensée qu'a leurs bien être quotidien depuis des années ...

    Pieds Noirs 9A..

     Sans commentaire

     


    votre commentaire
  • OUI CELA SE PASSE EN FRANCE 

    ET SUR UNE EGLISE 

    FAITES LE CHEZ EUX DANS LEURS PAYS ET VOUS VERREZ !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique