• acceuil

    « Etre française »  

  •  A chacun sa gloire comme il peut !A chacun sa gloire comme il peut !

    Mesdames ,Mesdemoiselles,Messieurs;

    Nous voyons ce phénomène de trahison existant de tout temps pour uniquement en faire son passage et sa gloire ...

    Macron ne fera rien… Comme Marine n'aurait rien fait ! Macron obéît à ces élites, comme Bouteflika servant de pion uniquement des généraux du FLN toujours au pouvoir depuis l'indépendance ...

     A chacun sa gloire comme il peut !

    Trahir est devenu un objet de fierté exemple ; (comme nous avons vue NDA dans toute sa splendeur pour un plat de lentilles qui en a eu que l'odeur seulement sous son nez et après basta). On ne se contente pas de collaborer avec l’ennemi, on fait alliance avec lui contre la société qu’on prétend représenter, et qu’on a l’obligation morale et légale de protéger et de défendre ; c’est cette inversion des valeurs qui en dernière analyse est responsable de cette résurgence de l’histoire. La paix chèrement acquise n’a pas été défendue ; ne sera jamais défendu si le peuple ne vint pas à son propre secours ...
    Au nom d’une vision tordue de la tolérance, de l’hospitalité et de la paix, les élites occidentales ont volontairement et en toute connaissance de cause invitée et aidée l’ennemi à poursuivre ses conquêtes. C’est par la conquête de territoires et de civilisations que le monde musulman a vue le jour, et c’est aussi par la conquête qu’il compte sortir de l’impasse où il se trouve, en France comme dans toute l'Europe. Conquérir par le peuplement et par le ventre des femmes, et femmes européennes de petites vertus...
    Le monde occidental s’est laissé facilement envahir, déjà en premier lieu la France ,ses musulmans qu’il rêvait de se soumettre à l’islam , et par la volonté de crée des élites. Le monde musulman et ses élites se sont donné la main, contrairement aux Français qui se bouffe entre eux pour un plat de lentilles. Dont premier pour conquérir l’Occident et les seconds pour noyer ses identités nationales et culturelles...

     A chacun sa gloire comme il peut !

    Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas...
    Parce que la suite nous est dictée, regardez autour de vous, c’est elle qui est intéressante. Interdit de répondre : non, et alors ?. Les puissants déclaraient les guerres et les pauvres peuples obéissants comme les braves Charlie suivant les troupeaux comme des moutons, dont allaient se faire battre. C’est pareil la repentance faite par Hollande à Alger devant les généraux du FLN, tout est fait pour leur ouvrir les portes du paradis occidental ... Il y a les puissants qui décident et font des affaires, et les peuples d’Occident qui en subissent les conséquences tout en faisant des prières sur prière croyant qu'ils seront sauvait.. NON ! Il ne faut pas rêver, regardez les Français d'Algérie d'avoir subi ...
    Il y a 4 sortes de Français, les "abrutis inconscients", "le petit monde innocents" les "collabos" et ceux qui aiment leur pays LA FRANCE. Je suis de ceux qui l'aime, voilà tout,et je ne baisse pas le falzar dans tous les quatre coins de rue,comme l'ont eu fait la grosse Majorités des pieds-noirs pour avoir voté pour un gaulliste ralliant Marine ...
    Pour Collard ... Voilà que celui qui est prêt à rejoindre Macron, "s'il fait du bon boulot", celui qui insulte Jean-Marie Le Pen de "pauvre type", celui qui n'a jamais voulu être encarté FN, essaie de faire comme NDA trahir son parti ou la gamelle qui rempli bien l'estomac en passant par le gosier ...Je vous remercie... Sylvestre Brunaud ...


    votre commentaire
  • De Gaulle, une trahison d'Etat !

    Qui l’eût cru,

     

      • Cinquante et un ans après l’arrivé au pouvoir du général de Gaulle.
         
      • Quarante sept ans, après l’exode de 1962.
         
      • Dans un spécial Historia,         Les Grands Traîtres de l’Histoire,

        de Novembre-Décembre 2009,   un journaliste  et pas n’importe lequel,
        traite le général de Gaulle de  Traître à la Nation.


    Le début du simulacre pédagogique
    La conférence de presse au Palais d'Orsay le 19 Mai 1958.

    De Gaulle conferense du 19 Mai 1958

    Alain Duhamel,

    • Chroniqueur à RTL et à Libération.
      Depuis plus de quarante ans, il décrypte les arcanes du pouvoir en France,
      Il a été témoin de multiples revirements historiques.
       
    • Il répond aux question d’Historia.


    Historia  :

    • Quel est selon vous, l’acte de trahison le plus retentissant de la V République .


    Alain Duhamel  :

    • Sans hésitation, celui du général de Gaulle vis-à-vis des Français d’Algérie.
       
    • Ses plus proches collaborateurs témoignent,
      qu’il avait l’intention d’agir pour l’indépendance de l’Algérie dés 1958,
      mais il était beaucoup trop intelligent pour dévoiler ses objectifs dés le départ.
       
    • En fait, il s’est retrouvé dans l’obligation de mettre sur pied un « simulacre pédagogique ».
       
    • Cette trahison a eu des conséquence, certainement indispensable,
      mais néanmoins inhumaines, tant pour le million de Pieds-noirs, que pour beaucoup d’Algériens.

    Historia  :

    • Est-il possible de distinguer plusieurs natures de trahison depuis les débuts de la V République ?



    Alain Duhamel  :

     

    • De Gaulle et l’Algérie,     c’est vraiment une trahison de nature politique.
      Si j’ose dire,     c’est une trahison d’Etat.



    Enfin, c’est arrivé !!!!!
    Les Paroles du simulacre pédagogique
    La conférence de presse Octobre 1958.

    De Gaulle conferense du octobre 1958

    http://algeroisementvotre.free.fr/site4000/insol003.html


    votre commentaire
  • Éric Zemmour : Le fiasco intégral de Marine Le Pen

    2048x1536-fit_eric-zemmour-salon-livre-mars-2015.jpg

    Eric Zemmour Le Figaro magazine cliquez ici

    CHRONIQUE - Au cours de cette campagne présidentielle, Marine Le Pen a changé en plomb tout l'or qu'elle touchait.

    Tout le monde connaît la légende du roi Midas : le roi qui transformait le plomb en or.

    Au cours de cette campagne présidentielle, Marine Le Pen a réussi l'exploit de réécrire la légende à l'envers : elle a changé en plomb tout l'or qu'elle touchait.

    Au début de la campagne électorale, les sondages lui promettaient un score avoisinant les 30 % ; elle a fini à 21 %. Sa place au second tour était assurée ; il n'a pas manqué grand-chose pour que François Fillon et même Jean-Luc Mélenchon lui passent devant. Elle devait sortir première ; elle a fini deuxième derrière Macron. Au début de l'entre-deux-tours, on lui promettait 40 % des voix, voire davantage. Une dynamique pouvait la conduire, non à la victoire, mais à 45 % des suffrages. Une défaite honorable. Et qui préserve l'avenir. Mais avant, il y eut le débat télévisé : Marine Le Pen a fini à 33 % !

    On peut se ­demander aujourd'hui si ce n'est pas la candidate qui plombe son camp et les idées qu'elle est censée défendre.

    Depuis des années, son entourage explique que le Front national, le parti, son image, son nom même, l'héritage sulfureux de son père, ses « obsessions » historiques et démographiques, tout cela obère la progression de la candidate. On peut se demander aujourd'hui si ce n'est pas la candidate qui plombe son camp et les idées qu'elle est censée défendre. C'est au contraire parce que les intuitions de son père sur l'immigration se sont avérées pertinentes que la fille engrangeait un électorat qu'elle ne mérite pas.

    A l'époque, on le sommait de se taire au nom de la morale. Ce n'est plus nécessaire : à part quelques discours bien troussés, Marine Le Pen s'autocensure d'elle-même ; jamais, dans un débat télévisé, elle n'a développé son programme en matière d'immigration. Jamais, ou presque, elle n'a évoqué la suppression du regroupement familial, du droit du sol, de la double nationalité, l'interdiction des tenues religieuses et islamiques dans la rue, etc. Et quand elle en parlait, c'était en coup de vent. Comme si elle avait honte de son père. C'était pourtant ce que son électorat attendait. C'était pour cela qu'il l'avait rejointe. Et c'était pour cela que d'autres auraient pu venir. D'autres qui avaient voté Fillon hier, ou Sarkozy avant-hier.

    Mais Marine Le Pen voulait parler d'économie, d'Europe et d'euro. L'identité était pour elle un gros mot ; la souveraineté était son graal. Elle s'était mis dans la tête - ou plutôt Florian Philippot lui avait mis dans la tête - qu'il fallait réussir le rassemblement du camp du non aux référendums de 1992 et de 2005. L'idée est belle, et aussi ancienne que la campagne contre Maastricht il y a vingt-cinq ans. L'idée n'a jamais réussi, même lorsqu'un homme de gauche, républicain impeccable, Jean-Pierre Chevènement, la mettait en œuvre. Parce que le sectarisme de la gauche est tel que même Philippe de Villiers fut ostracisé par les amis du « Che ».

    Jacques Sapir gère le cerveau de Florian Philippot, qui gère le cerveau de Marine Le Pen. Trio infernal. Trio de l'échec.

    La leçon n'a pas servi. Un économiste brillant, Jacques Sapir, homme de gauche et pourfendeur talentueux de l'euro, a convaincu ses nouveaux amis, Marine et Florian, que tout était possible. Que le rapprochement des deux rives, comme disait Chevènement, pourrait s'opérer autour d'un ennemi commun: l'euro. Mais cette alliance avait un prix : il fallait mettre un bémol sur l'immigration. Renoncer à juguler l'islam et sa prétention à régenter des parties de plus en plus importantes du territoire français. Ce que Sapir appelait « un discours républicain », alors que c'est en vérité l'exact opposé. Toute la campagne de Marine Le Pen est inscrite dans ce funeste compromis : Jacques Sapir gère le cerveau de Florian Philippot, qui gère le cerveau de Marine Le Pen. Trio infernal. Trio de l'échec.

    Quand on est incompétent en économie, on parle d'autre chose

    Pour deux raisons majeures. L'électorat de gauche ne fut pas au rendez-vous : les mélenchonistes se sont abstenus ou ont voté Macron ; dédaignés, voire méprisés par la candidate, les électeurs de Fillon ont fait pareil: seuls 20 % d'entre eux ont mis dans l'urne un bulletin Marine Le Pen. C'est ce qui s'appelle perdre sur les deux tableaux.

    Et puis, il y eut le débat télévisé. Les médias lui reprochèrent son agressivité ; ce fut sans doute son seul atout. Marine Le Pen s'est avérée insuffisante et incompétente. Incapable d'argumenter et de défendre des positions économiques, qui avaient fluctué dans les derniers jours, et dont elle ne semblait pas comprendre les ressorts. Quand on est incompétent en économie (Mitterrand l'était), on parle d'autre chose : d'histoire, de littérature, de la France, de son destin, de son peuple, de sa grandeur. Mais Marine Le Pen ne le fit pas. Pourtant, elle avait une chance inouïe : l'économisme est passé de mode. La science des technocrates, qui impressionnait et intimidait au temps de Giscard et de ses graphiques, est délégitimée par les échecs.

    En revanche, les attentats, les vagues migratoires, le retour de la lutte des classes, la dissidence des élites occidentales ont remis au premier plan les questions historiques du destin des peuples et des nations : les questions identitaires.

    C'est la leçon qu'il fallait tirer du Brexit et de Trump, et pas le départ de l'Union européenne ! Marine Le Pen a eu tout faux de bout en bout. Faux sur la stratégie, faux sur la tactique.

    Un fiasco intégral.

    http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2017/05/12/eric-zemmour-le-fiasco-integral-de-marine-le-pen-5943221.html


    1 commentaire
  • Par: PIEDS NOIRS 9A..

    Après avoir appris que le Gaulliste rompe avec Marine.

    CHANGEMENT DE VESTE A CHAQUE RÂTELIER 

    LE COUPLE DE LA PRÉSIDENTIELLE A LA DERNIÈRE SÉANCE

    Le Premier Sinistre de marine
    Ils étaient si beaux, tous les deux, moi qui voyais que loulou la purge perdait sa place en siège,comme le fut Phiphio qui a prit sa place en arrivant sur scène ,quel bonheur ,et loulou bien gentil lui laissant place ,enfin il m'aurait pas fait cela à moi le fils spirituel du grand et généreux ...
    Quelle merveille entre les deux tours,Marinette venait enfin de trouver l'homme politique idéal, tomber du ciel de dernière minute par le saint esprit,et encore un fils spirituel du grand et généreux ,oh ! Celui dont elle rêvait depuis si longtemps. Et lui enfin trouvé une alliée, une véritable experte politique qui lui apporterait la puissance et la gloire pour remplir bien sa gamelle, ce voyant déjà sur le trône de premier ministre ...
    Donc bien sûr croyant qu'elle bénéficierait de la dot qu'il mettait dans la corbeille : environ 4 % d'électeurs, qui ajoutés à ceux qu'elle avait déjà, ferait largement plus de 30%... 35 %, pourquoi pas ! Au premier tour, bien sûr ! Et au second : le Triomphe ! Le champagne de la gloire ...
    Il serait le Premier ministre de la France, lui dont les problèmes financiers étaient définitivement résolus pour son remboursement du premier tour .Alors avant cet homme crachait sur le FN ,mais cela Marinette oubli vite surtout comme on est resté gamine ...
    Mais voilà, c'est comme à" Las Vegas" Pour ceux qui veulent y allaient. Comme dans un rêve qui ? .....Transformé en cauchemar :
    "Adieu veau, vache, cochon, couvée... "
    Quelle tristesse... Un si beau couple... Et ça avait si bien commencé...
    Pieds Noirs 9A..

    LE COUPLE DE LA PRÉSIDENTIELLE A LA DERNIÈRE SÉANCE


    votre commentaire
  • Néo-FN : Franck de Lapersonne, éminence maçonnique, par FX Rochette (Rivarol)

    L’éducation laïque est celle du devenir. Elle s’oppose aux dogmatismes parce que les dogmes procèdent d’une vision fixiste du monde. Les dogmatiques disent que les choses ont toujours été ce qu’elles sont et qu’elles ne changeront pas.

    Daniel Béresniak.

    LE MÉLANGE des genres est une calamité. Le mélange des genres n’enrichit pas les mondes qui se mélangent mais les appauvrit. Nous n’avons aucun doute là-dessus et toute observation de la vie sociale, politique, intellectuelle et culturelle corrobore immédiatement notre propos.

    La qualité d’une chose, d’un film, d’une chanson, d’un écrit, d’une idéologie (ou d’un courant de pensée, ou d’une opinion au sens large) pâtit toujours du mélange des genres, c’est indubitable. Pensons par exemple à ces anciens sportifs désireux de se reconvertir dans le cinéma en apportant avec eux leurs spécificités. Le résultat est toujours lamentable et ce n’est pas l’orgueil infini de certains footballeurs qui compense leur nullité artistique.

    Nous pouvons également évoquer les anciens urgentistes qui deviennent animateurs télé ou cet autre médecin qui devient célèbre grâce à ses blagues cochonnes. Tous ces mélanges imbéciles ne nourrissent en définitive qu’une chose, la société du spectacle qui est jalouse, exclusive, n’admet en définitive que la forme des choses en rejetant tout ce qui ne glisse pas, tout ce qui n’est pas léger. Pour que les narrations des émissions de télé, des films, des séries et des infos filtrées glissent en douceur sur les petites cervelles, pour que les messages à fins commerciales ou propagandistes soient efficaces, il faut qu’aucun principe essentiel, qu’aucun fond dirimant ne puisse les contrarier.

    Le mélange des genres pour distraire

    Si la publicité est aujourd’hui axée autour du sexualisme et de la vulgarité, c’est parce que les animateurs, journaleux et rédacteurs en chef d’un côté et invités, stars de l’autres ne font jamais le procès de l’instrumentalisation de la sexualité. Si, par ailleurs, les patrons de voitures étrangères achètent des millions d’euros des pages publicitaires, ce n’est pas pour “subir” des discours de vrai patriotisme diffusés régulièrement à la télévision. Les partisans du patriotisme économique devront se contenter de quelques slips peints en bleu blanc rouge pour nourrir leurs attentes.
    Beaucoup de gens pensent que le football projeté en quantité sur la petite lucarne ressemble sinon à une religion du néant, du moins à un abrutissement populaire. Evidemment les mass-media n’ouvrent pas le micro à ces gens-là. Ainsi, nous remarquons aujourd’hui qu’il n’existe en réalité plus aucun débat, que plus un seul sujet n’est épargné par cette censure absolue. Nous le voyons bien, toutes les grandes questions ont été évacuées de l’agora.

    L’opposant à l’avortement n’est pas seulement démonisé, il n’existe pas, il ne doit pas exister (la suppression programmée des sites exposant la réalité de l’avortement témoigne de la disparition complète de l’autre discours.). Même chose avec l’opposition contre l’euthanasie qui n’est, médiatique- ment, que résiduelle avec la seule parole des proches parents croqués comme les adversaires irrationnels de la mort… L’opposition a été digérée, dissoute, physiquement dissoute.

    Le Système n’a pas remporté le combat intellectuel face aux hommes de Bien mais celui des bruits et du son, celui des images et des rêves, celui des mots et des phrases. Tant que l’engeance sera maîtresse de la sono dans la grande salle des bals, il sera difficile d’espérer franchir le mur du son. Dès que nous ouvrons la bouche en essayant de crier ce qui ne se dit pas, le DJ systémique augmente le volume de la sono : dansez, dansez ! Profitez de la vie sur le rythme de mon bon son ! Et n’ayez crainte, petite troupe ! Vous ne vous lasserez jamais de mon accordéon !

    Le Système a en effet inventé un moyen pour réduire la monotonie des productions médiatiques découlant d’un même et unique message sclérosé : la multiplication des mélanges des genres en proposant un choix formel toujours croissant pour faire oublier l’inexistence de la vie intellectuelle en son sein, soit la dictature du néant.Après Madonna, Lady Gaga. Après Lady Gaga, Miley Cyrus et Katy Perry. De la bouse pour un peuple lobotomisé. Eh bien, en politique, on retrouve nécessairement une même bouse colorée en fonction des attentes des différents publics. Et quand la classe politique ronronne excessivement, on en fait une tonne sur la forme, on fait appel au personnel du show-biz et de la société civile.

    Le meilleur exemple en date est bien celui de la baudruche médiatique Emmanuel Macron. Homme caricatural des Rothschild qui plaît aux mémés. Il est délicat. Nicolas Hulot a longtemps animé la scène politique. Et ne parlons pas de Jean-Marie Cavada et de l’étrange Dominique Baudis qui viennent du journalisme comme l’insupportable Noël Mamère. Clémentine Autain est une artiste ratée. On a connu David Douillet, Jean-François Lamour à l’UMP. Frédéric Mitterrand est un cultureux qui connaît plein de choses sur les reines comme Stéphane Bern.

    Cependant, ces figures de la société civile ne sont pas choisies par hasard mais passent quasiment toujours sous les fourches caudines de la franc-maçonnerie.

    Répétons-le, le dessein du Système n’est pas d’apporter du nouveau dans le débat qui n’existe pas, mais du divertissement qui permet de relancer la curiosité médiocre du public. Ces gens sont des figurants. Néanmoins, parfois, ils peuvent constituer un symbole puissant de changement au sein des mouvements en pleine réforme politique et morale.

    Le sabordage du nationalisme orthodoxe

    Le Front national, nous l’avons démontré à plusieurs reprises et l’actualité nous a toujours donné raison, subit aujourd’hui une transformation idéologique et symbolique puissante destinée non seulement à normaliser un parti qui est contrôlé par le Système depuis belle heurette, mais aussi et surtout à distordre l’ensemble d’un courant de pensée que nous appelons nationalisme orthodoxe, celui qui était le garant des principes essentiels, celui qui était l’ennemi intransigeant de la République et des 4 Etats confédérés, celui qui combattait la subversion, la culture de mort, la culture de la soumission.

    Après avoir rassemblé la majorité des mouvements et groupuscules nationalistes, après avoir séduit la majorité des familles patriotes, après avoir séduit et absorbé les électrons libres, pendant que le catholicisme s’effondrait en France, le Front national recycle désormais par ses discours, ses symboles et ses silences toute cette population devenue la simple patiente du parti, qui attend l’avènement électoral, qui attend le miracle démocratique, qui a toute confiance envers le parti, quoi que ce dernier fasse.

    Le FN est devenu une boîte noire magique à l’intérieur de laquelle fourmilleraient des honnêtes citoyens fondamentalement altruistes et patriotes. Ils sont des modèles à ses yeux. Elle ne voit donc rien de l’effroyable évolution du discours frontiste. Elle est sur le bateau de la révolution, une rose bleue dans la main, elle ira là où le mènera le courant : elle peut compter sur ses capitaines.

    L’intronisation à Lyon, au milieu du mois de février, de Franck de Lapersonne, au sein du Front National de Marine Le Pen et de Florian Philippot, est un geste symbolique d’une puissance inimaginable. Les instances du FN ont fait se lever les militants ébaubis à la suite de l’intervention du rouquin.

    Exit le « Au Nom du Père » des Chrétiens, la rose couchée symbolise la soumission de MLP à la haute maçonnerie des Rose+Croix.

    Ils l’ont applaudi comme un duce, ils étaient carrément en transe devant ce Franck de Lapersonne. Philippot vibrait d’émotion, la rose avait pris racine.

    Qui est Franck de Lapersonne ?

    Pour les plus jeunes frontistes, Franck de Lapersonne est le comédien clownesque qui joue dans une célèbre publicité pour une assurance bien connue. Pour les plus de 40 ans, il est aussi l’acteur qui joua dans les épisodes de Palace, comédie télévisée disparate des années 1980 aux nombreux épisodes créée et réalisée par l’un de ses meilleurs amis, Jean-Michel Ribes. A vrai dire, il doit tout son succès à Palace puisque la publicité de la MAAF est elle-même une parodie de cette émission. Les militants de base, hypnotisés, considèrent le comédien comme un acteur certes emblématique du monde du spectacle mais comme un artiste de seconde zone, qu’il fallait encourager pour qu’il poursuive, à la différence de Jean Roucas, son engagement au sein du néo-FN.

    Ces malheureux ne savaient pas, en réalité, le formidable symbole qu’ils félicitaient. Franck a pu s’amuser à jouer l’artiste professionnel grâce à un important réseau maçonnique tissé des décennies auparavant par son père, enfant de la veuve du 33e degré, le fabuleux Jacques de Lapersonne. Un maçon disparu en 2012 mais vénéré depuis les années 1970 par des centaines de Frangins pour avoir élaboré à cette époque un nouveau rite maçonnique, le Rite de Salomon.

    Un rite validé par le GODF (Grand Orient de France) pratiqué dans une sorte d’obédience (ses membres refusent de parler d’obédience spécifique), l’OITAR ! Soit l’Ordre Initiatique et Traditionnel de l’Art Royal (l’art royal représentant la franc-maçonnerie d’une manière poétique). Aussi quand Franck de Lapersonne évoquait son “royalisme” devant des camarades qui ne connaissaient pas bien le bonhomme, le fils Trois points parlait évidemment de Maçonnerie et d’héritage initiatique.

    Tablier d’Obédience de l’OITAR

    L’OITAR existe donc depuis plus de 40 ans, est membre du CLIPSAS (Centre de liaison et d’information des puissances maçonniques signataires de l’appel de Strasbourg) et il est toujours sous l’emprise de la famille Lapersonne via Franck mais aussi son frère Eric (très actif dans les galeries) et leur discrète maman avec laquelle Franck s’entretient tous les jours, Jacqueline Charlotte Poinson.

    Nous insistons, Franck de Lapersonne fait partie de cet univers, et il est né en son sein.

    Un enfant de l’OITAR

    Franck de Lapersonne n’est pas un figurant, n’est pas un bouffon mais un apparent drôlet qui croit en des idées étranges et qui est respecté dans le milieu ésotérique et de la maçonnerie d’une manière générale. Il est certain que le fils d’instituteur de gauche du Nord (où est très bien implanté l’OITAR) Philippot est au courant de l’identité réelle et complète de Monsieur de Lapersonne.

    Le maître “spirituel”, l’intellectuel de l’OITAR, disparu en 2004, est Daniel Béresniak, spécialiste de la Kabbale et… psychanalyste en son temps. Son dessein ? Libérer l’homme des tabous sexuels. Ses ennemis ? Les catholiques et, d’une manière générale, tous ceux qui sont fidèles aux principes essentiels car pour lui ces principes n’existent pas comme il n’existe aucune vérité ! Son leitmotiv ? Tous les catholiques et tous les gens « qui ont des principes » sont des frustrés et donc des assassins en puissance. Le kabbaliste a parlé et il est vénéré dans la secte.

    Florian Philippot et Franck de Lapersonne, eux, sont bien dans leur peau ; ça se voit. Insulter par le scandale et la subversion politique l’ordre naturel les rendrait d’autre part tout euphoriques. On le voit parfaitement dans la ridicule vidéo de Philippot et Lapersonne (qui se connaissent très bien) dans la “Cafet” de Marine, parodie de sitcom dont a le secret Franck Lapersonne pour attirer les plus naïfs dans son jardin extraordinaire.

    Lapersonne a commencé sa carrière en jouant la comédie au théâtre et quelques seconds rôles au cinéma, mais il s’est fait connaître du grand public en animant régulièrement des émissions jeunesse sur Antenne 2 (maintenant France 2) comme Vitamine dans les années 1980 puis Saparadra au début des années 1990, jusqu’en 1993-1994.

    Il avait un public, un public d’enfants. Or en 1994 l’homme de l’OITAR anima une émission salace, qualifiée par les abrutis d’érotico-comique, Sexy Zap sur la petite chaîne qui monte, M6, la chaîne des jeunes, comme ils disent. Une émission dans laquelle des actrices de films pornographiques étaient payées pour danser in naturalibusdevant Franck de Lapersonne.

    La spécificité du programme résidait dans le fait que les filles jouaient toujours le rôle d’élève de collège tout gentille avec leur professeur. Pour attirer un certain public, toutes ces petites fictions étaient des parodies d’émissions diffusées sur d’autres chaînes à ce moment, comme La Classe, Fort Boyard mais surtout Hélène et les Garçons qui était alors un succès chez les 6-15 ans.Le concept excita longtemps un certain public pour les raisons que l’on devine. On doit sa réalisation au pornographe Didier Bloch, le scénariste de Marcel Herskovitz, plus connu sous le nom de Marc Dorcel. Franck de Lapersonne donna ses précieux “cours” durant 4 ans à des jeunes filles jouant visiblement des mineures collégiennes.

    Cette pratique de proxénétisme consistant à conditionner les futures prostituées ou esclaves sexuelles se nomme « Grooming » dans la langue de Shakespeare, quel personnage jouait Franck de Lapersonne dans Palace et les pubs de la MAAF ? Un groom.

    Cette participation érotico-subversive de l’occultiste roux a surpris beaucoup de téléspectateurs ne comprenant pas ce parcours professionnel menant l’homme de l’animation pour enfants à celle pour “adultes” (comme on dit). Quand on sait d’où vient réellement Lapersonne, tout devient plus clair, et la connaissance de son milieu permet de mieux comprendre l’importance de sa présence au sein du néo-FN de Philippot.

    Nous savons que gravite autour de Franck de Lapersonne l’équipe de Palace de Jean-Michel Ribes, le patron du théâtre du Rond Point qui avait accueilli la pièce violemment anti-chrétienne Golgota Picnic, une horreur, en 2011. Comme tous les dignitaires de l’OITAR, à l’instar de la librairie maçonnique Detrad de Christine Ribes, Jean-Michel Ribes est sadien pour ne pas dire sadiste ou sadique, ce qui est autrement connoté. Toutes les figures qui gravitent autour de ce monde maçonnique du spectacle sont des disciples du Marquis de Sade et cette affiliation se voit limpidement dans leurs œuvres.

    Le premier homme qui a fait tourner Jean-Michel Ribes est Jacques Scandelari dans le film Macédoine de 1970 qui relève de la pire répugnance sadique. Rapidement Scandelari ne tournera plus, si l’on en croit sa biographie, que des films sado-masochistes homosexuels… Le cas de son meilleur ami, aujourd’hui disparu, est également éloquent sur le sadisme de cette bande infernale. Il s’agit de Roland Topor qui réalisa avec lui leur mythique Palace. Topor était un ami de Roman Polanski, évidemment, oserions-nous dire.
    En 1962, il crée avec le sadien espagnol littéralement habité par le Diable Fernando Arrabal le mouvement Panique (en se référant au dieu Pan) ; il écrit en 1964 Le locataire chimérique qui est une allégorie satanique, « sadique anale » selon les critiques. Il tourne plusieurs films sur le Marquis de Sade par la suite tout en s’adonnant à la peinture par laquelle il défèque des œuvres horrifiques et typiquement masochistes.
    Il fut lui aussi un très grand ami de Franck de Lapersonne. Franck de Lapersonne jouait très récemment encore sous l’oeil de Pierre Bergé, au Rond-Point, au moins jusqu’au 11 février, plusieurs jours après l’annonce de son adhésion au néo-FN pour lequel il se présentera dans la Somme aux législatives pour le parti de Florian Philippot dont on ignore si un lien familial l’unit à Marcel Philippot, un autre élément précieux de la bande du Palace (et qui ressemble comme un frère au père de Florian-NDLR).
    A gauche : Marcel Phillipot (Palace, Théâtre du Rond Point), à droite : Daniel Phillipot (père de Florian et Damien, Collectif Racine, Rassemblement Bleu Marine)

    Franck de Lapersonne est bien plus qu’un figurant de la caméra “cafet” de Philippot, il est le symbole de ce qu’est aujourd’hui la direction du néo-FN. Le mélange des genres ne change rien au fond du néo-FN, il l’illustre.

    François-Xavier ROCHETTE, publié dans Rivarol du 9 mars 2017

    SOUTENEZ RIVAROL EN VOUS ABONNANT

    Et pour soutenir l’ODDR :


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique